La danse Le ballet de l’opéra de Paris / Frederick Wiseman. – Montparnasse, 2010. – 152 mn

Publié le par D.LB. (B.D.Y.)

Théme : Le corps de ballet de l'Opéra national de Paris

 

Proposition indice Dewey : 792.8

Proposition mot Matière :

Chorégraphie

Ballet de l'Opéra national de Paris

 

1 dvd

Public : Adultes

 

 

Résumé et Commentaire :

 

balletopera.jpgLe célèbre documentariste américain s’est installé pendant 12 semaines au Palais Garnier. Fidèle à sa méthode il observe et filme sans faire aucun commentaire.

Wiseman s’est intéressé avant tout au travail des corps et au geste chorégraphique, puisque les  ¾ du film sont consacré aux répétitions. Le réalisateur rend ainsi hommage à la beauté de la danse, au travail des danseurs et  des chorégraphes animés par la même recherche de la perfection. Toutes les répétitions ont lieu en présence des chorégraphes dont on entend parfois en aparté les commentaires. On assiste aussi aux échanges entre danseurs et chorégraphes. Le néophyte sera surpris par le degré de précision et  l’expressivité qui est demandé au danseur dans l’accomplissement de ses gestes. Ce qui n’est finalement pas surprenant dans la mesure où le danseur  doit incarner l’idée que le chorégraphe a de son œuvre. Cette alchimie, ce travail sur le corps en mouvement est passionnant.

Le film comprend aussi des extraits de spectacle qui mettent en valeur  ce travail de préparation et de création.

Mais  2h30 de film c’est long et le néophyte risque de s’ennuyer, à force de se répéter le travail du danseur finit par se banaliser, s’aseptiser. Marionnette aux mains du chorégraphe son travail  se transforme en une routine vaine et mécanique.

L’éditeur nous promet par ailleurs les coulisses de l’opéra, mais en fait on voit très peu de ses à cotés. Toutes les séquences concernant l’envers du décor (le travail des costumières, de la directrice de la danse, des ouvriers et techniciens, les longs plans séquences sur le bâtiment et certains de ses espaces) s’enchainent sans cohérence ni logique. A ces moments  on a l’impression que le réalisateur satisfait une commande expresse.

On peut regretter l’aspect hétérogène de ce film, trop long pour célébrer la magie d’un art (à moins d’être passionné de danse), trop allusif pour nous faire pénétrer dans l’envers du décor. Pour un art et une institution aussi élitistes,  il semble difficiled’intéresser le néophyte si on ne lui donne pas de mode d’emploi

 

J’ai aimé : Moyennement

 

Un adjectif pour qualifier ce dvd : Fastidieux

Publié dans Arts du spectacle

Commenter cet article