Leni Riefenstahl : la cinéaste de Hitler / Ray Müller. – K films, 1992 . – 182 min

Publié le par Les Mureaux ( C. G. )

Théme : La vie et l'oeuvre de Leni Riefenstahl

 

1 dvd

Public : Adultes

Proposition indice Dewey : 791.43

 

Résumé et Commentaire :

 

riefscub.jpgCe documentaire tourné en 1992 se concentre sur la période nazi de la réalisatrice  et actrice allemande Leni Riefenstahl (1902-2003). Dès son accession au pouvoir,  Adolf Hitler lui demande de filmer les congrès du parti nazi qui se tiennent  à Nuremberg.C’est « La victoire de la foi » (1933) et surtout « Le triomphe de la volonté » (1934), un film qui révèle à la fois tout l'esthétisme et la grandiloquence cinématographique de Riefenstahl et constitue l'un des plus grands documentaires de propagande jamais réalisés. Elle se défend justement d’avoir fait un film de propagande et répond qu’à l’époque personne  ne pouvait imaginer ce qui allait suivre et que ce type de défilé et de démonstration de force n’a rien à envier à ceux qui se déroulent actuellement en Chine ou en Russie !

Pour ce film, elle mobilise 16 équipes de tournage (plus de 100 personnes) et récolte plus de 60 heures de documents. Les effets de lumières, les angles et la musique martiale mettent en valeur la force des symboles du parti : la croix gammée, les drapeaux, l’aigle. Ce film sera couronné en 1934 par le Prix du film allemand et par le Lion d’or de la Mostra de Venise puis par un Grand Prix international lors de l’Exposition Universelle de Paris en 1937.

En 1936, Leni Riefenstahl, réalise « Les Dieux  du stade », un documentaire sur les Jeux olympiques allemands. Les images sportives exaltent la virilité, la force et l'esthétique du corps masculin athlétique grâce à l’utilisation de techniques parfois novatrices comme le travelling, et des matériels nouveaux tels que des caméras sous-marines. Le film acquiert une grande reconnaissance internationale, recevant notamment le Premier Prix de la Mostra de Venise. Leni Riefenstahl de son côté se voit décerner en 1939 une médaille d’or de la part du Comité international olympique.

Pendant toute cette période, les rapports de la réalisatrice avec Hitler et le parti nazi sont très ambigus. Malgré son incontestable talent de cinéaste, des textes rappellent son admiration pour le Führer, même si elle s’en défend dans le film.

En effet, ce documentaire  a une particularité saisissante : Leni Riefenstahl y participe en répondant aux questions du réalisateur « caché » ! Cet aspect donne une grande dynamique et une grande spontanéité au film mais on se demande si elle a donné son accord à certaines contradictions relevées dans le film, entre ce qu’elle affirme de manière péremptoire (son non-attachement aux valeurs du Reich) et les révélations du réalisateur !

Un grand documentaire où le spectateur balance entre l’intérêt et le doute !

 

J'ai aimé : Bien

Publié dans Arts

Commenter cet article