Plastic planet / Werner Boote. – Montparnasse, 2011. – 95 mn

Publié le par D. L.B. (B.D.Y)

1 dvd

Public : Adultes

 

Théme : Le plastique

Sujet : la nocivité du plastique pour l’environnement et la santé de l’homme

 

Proposition indice Dewey : 668.4

Proposition mot Matière : Plastique

 

Résumé et Commentaire :

 

plastic.jpgLe grand père du réalisateur était directeur d’Interplastik  un fabricant allemand de plastique. Celui-ci lui a appris à aimer la matière ; une matière qui le ravissait quand il était enfant. Devenu adultes le réalisateur s’interroge : Quelle place occupe le plastique dans notre société ? Le plastique est il une matière inoffensive ou est elle dangereuse ? 

Première constatation le plastique est devenu depuis son invention au début du 20éme siècle un produit incontournable. Après l’âge de pierre et l’âge de bronze l’homme est entré dans l’âge du plastique. Omniprésent, hyper polyvalent, on s’en sert pour faire toutes sortes d’objets que l’on utilise quotidiennement. A plusieurs reprises le réalisateur demande à des gens d’enlever de leur maison tout ce qui est en plastique et de l’empiler devant leur porte. Le résultat est impressionnant

Le problème est que le plastique est un produit nocif. Avec le temps  ou à l’usage le plastique dégage des composants toxiques tels le bisphénol À, les phtalates et d’autres encore, qui altèrent la santé de l’homme. Ils perturbent le système endocrinien et  dérègle le système hormonal chez la femme, chez l’homme ils diminuent la production de sperme. Le plastique est aussi cancérigène. Malgré sa nocivité les industriels refusent de dire les composants qu’ils utilisent dans leur fabrication. Face à des multinationales surpuissantes  les institutions européennes peinent à instaurer un contrôle, si dérisoire soit-il.

Accessoirement les déchets plastiques qui ne sont pas biodégradables polluent durablement. Dans les mers le plastique se délite en microparticules qui sont ingérés par les animaux (poissons, oiseaux) provoquant leur mort.

Le travail d’enquête est sérieux et s’organise autour de deux thématiques principales : la nocivité du plastique pour la santé humaine, la pollution. Malheureusement le réalisateur a tendance à s’éparpille pour traiter ses sujets. Les séquences s’enchainent souvent de façon décousue.

On retrouve avec plaisir une démarche à la Michael Moore quand le réalisateur armé de son audace et de deux valises remplies d’études scientifiques tente d’obtenir une entrevue avec le directeur d’Europlastics (le plus important fabricant de plastique européen).

 

J’ai aimé : Bien

 

Un adjectif pour qualifier le film : Brouillon

Publié dans Sciences-Techniques

Commenter cet article